Le téléphone gris à la sonnerie stridente...
(oui, tu es bien sur un site d'escalade)

Tu sais, ce vieux téléphone avec son cadran rotatif.

Et son combiné "écouteur-micro" en forme de banane.

Celui-là : 

Tu te rappelles de la galère pour composer un numéro ? 

Du son vibrant du cadran qui revient dans sa position ?

Et surtout....

De sa sonnerie stridente avec ce son de cloches insupportable ?

Allez juste pour le plaisir  :


À l'écoute de cette banale sonnerie - pourtant pas très agréable, il faut bien le dire... 

Tu as peut-être eu un petit sourire nostalgique.


Tu as peut-être été téléporté dans la maison de tes parents, ou tes grands-parents. 

Tu as presque ressenti le plastique lisse de la coque sous tes doigts...

Ou ta façon d'entortiller le cordon à spirales, quand la conversation était un peu trop longue.


Quand j'entends cet horrible son strident, je me revois dévaler les escaliers de la maison de mes parents pour être le premier à répondre.


Si tu es né(e) après l'an 2000, tu vas te moquer de moi et me traiter de vieux c** nostalgique.

Mais si tu es né(e) avant... 

Tu vas revoir la maison de tes (grands)-parents, son odeur familière, ta mère qui crie "C'EST QUI ??", ton vieux cartable posé dans un coin. 

Peut-être que tu vas même ressentir le bonheur de voir l'heure de ton dessin animé arriver... 
Ou la peur que ton père intervienne parce que tu t'es (encore) disputé avec ton frère ou ta soeur. 

Ça fait des dizaines d'années... 

Mais la précision des détails est dingue.

Et tu es même capable de ressentir des émotions qui n'ont rien à faire dans ta vie actuelle.


Ce phénomène s'appelle un ancrage. 

Ton cerveau a enregistré des données (visuelles, sensorielles, émotionnelles) et les a relié avec ce qu'il avait sous la main. 
Le vieux téléphone gris à la sonnerie stridente.

Des ancrages, tu en as des milliers. 

Je t'explique le principe plus bas.


Pour l'instant, trêve de nostalgie, entrons dans le vif du sujet.


Des ancrages, tu en as probablement accumulé des centaines... en escalade.


Si je te demande ton souvenir de grimpe le plus désagréable
à quoi tu penses ? 

...

...

Un situation a dû te sauter aux yeux. 

Une mauvaise chute, une terreur dans une voie, un accident, un échec.


Creusons un peu.

Te souviens-tu du lieu de ce pire souvenir ? 

De la voie / du bloc en question ?
Des personnes avec qui tu étais ?
Faisait-il chaud ? froid ?

Alors, imagine qu'on se rencontre. 
On sympathise, et on décide de grimper ensemble.

Je te propose - par hasard - qu'on aille grimper cette voie, celle de ton souvenir négatif. 

Qu'est-ce que tu te dis ?

A priori, tu vas t'imaginer le moment où tu vas revenir au lieu exact de l'accident, de la terreur, de la chute ou de l'échec. 

Tu vas te tendre un peu. 
Remonter les épaules. 

Et tu vas me proposer d'aller grimper ailleurs. 
(Ou alors tu vas prendre sur toi pour "dépasser ça")

Pas vrai ? 

...

Félicitations. 

Tu viens de trouver ton premier ancrage de grimpe.

Et des ancrages en grimpe, tu n'en n'as pas qu'un.

Par exemple, est-ce-que tu te souviens d'une situation d'escalade dans laquelle : 
        - tu as eu peur ? 
        - tu n'as pas eu confiance dans ton assureur ? 
        - tu t'es retrouvé en situation d'échec ? 
        - tu es mal tombé(e) ou presque ?
        - tu as zippé ?
        - tu as tremblé au dessus du point ?

Réfléchis une minute.

Est-ce que ces expériences influencent tes lieux de grimpe ? 
Tes partenaires ? 
Tes anticipations liées à des voies ? à des profils (dévers, dalle) ?

Que ce soit conscient ou non, ces ancrages passés ont un grand impact sur notre présent.

Ce sont eux qui dictent notre état émotionnel, nos peurs, nos choix...

Mais aussi - bonne nouvelle - notre motivation et nos croyances positives. 


Notre cerveau fait des raccourcis

Un ancrage, c'est un raccourci. 

C'est un lien qu'a fait ton cerveau entre un stimulus et une réponse.

En voici quelques uns : 

STIMULUS

" Je passe au-dessus de la dégaine"


RÉPONSE

"L'autre jour, j'étais en position de déséquilibre au-dessus de la dégaine, et j'ai cru que j'allais m'éclater contre la paroi" 
=> passer au-dessus dégaine = peur


"On va grimper dans un secteur en dalle"


"Je suis déjà tombé une fois en dalle, et j'ai eu peur" => dalle = c'est pas mon truc


"Patrice vient grimper avec nous"


"Patrice m'a un peu séché la dernière fois en m'assurant" 
=> Patrice = danger

Quand on ressent une émotion forte, notre cerveau créé des liens et à tendance à généraliser. 
Notre cerveau apprend très vite.

C'est pour ça que tu n'as pas besoin de te brûler 15 fois avant de comprendre que feu = danger. 

Les ancrages font partie de toi...
Utilise-les au lieu de les subir.
Une discipline s'intéresse particulièrement aux ancrages. 

Cette discipline, c'est l'hypnose. 

Non, je ne te parle pas de t'endormir contre ton gré et de prendre le contrôle de ton corps. 
Ça, c'est le boulot de l'hypnose "spectacle" (dans laquelle il y a beaucoup plus de spectacle que d'hypnose). 


L'hypnose c'est quoi alors ? 

C'est un état modifié de conscience.

C'est plus ou moins le même état que celui vécu dans la sophrologie, la méditation, la pleine conscience, la rêverie, le "bug"...
C’est avoir la tête dans les nuages, mais être centré sur toi-même et sur ton mental.


D'ailleurs tu es en état d'hypnose environ 15 fois par jour. 

Quand tu es béa dans tes pensées au milieu des embouteillages...
Quand tu es plongé dans un film ou un bouquin....
Etc.
 
L'intérêt de l'hypnose...

C'est que ton cerveau est plus réceptif. 

C'est un état dans lequel tu peux suggérer des modifications à ton cerveau. 
Reprogrammer des apprentissages inconscients.

Et tiens tiens... 

En état d'hypnose, tu peux créer de nouveaux ancrages sur mesure. 

Par exemple : provoquer un état de concentration, de motivation

Et même supprimer ceux qui te gâchent la vie.

Exemple (pris complètement au hasard ;-) ) : décider que tu n'as plus peur au-dessus de la dégaine.


Comment ça marche ?

Une technique d'hypnose - La technique de l'Ancrage - utilise cette faculté qu'à ton cerveau à faire des raccourcis, entre Stimulus et Réponse.

Le principe c'est : 
     - d'activer une émotion en revivant une situation
     - de lui associer un geste, une odeur, un mot, une intonation - Bref, un signal.

Ce signal déclenchera automatiquement l'activation de l'émotion.
Comme la sonnerie du téléphone gris.

Il faut juste que l'émotion ressentie soit suffisamment forte pour ton cerveau lui associe le signal. 
Génial, non ?



Tu peux le faire toi-même, en 15 minutes.

On peut tous apprendre l'auto-hypnose et utiliser la Technique de l'Ancrage.

Pour ça, pas besoin de rester une heure devant un pendule avec les yeux qui tourbillonnent.😉
Juste d'utiliser quelques techniques pour ressentir l'émotion de ton choix, et l'amplifier.

Rappelle-toi qu'il a suffit d'une ou deux brûlures pour que ton cerveau fasse le raccourcis entre feu et danger.

Ton cerveau est programmé pour apprendre (très) vite. 


Quand tu as compris et pratiqué cette technique, tu peux même apprendre la technique de la Désactivation de l'Ancrage.
Pour te libérer de tous tes ancrages négatifs qui te pourrissent la vie.


Ce que l'auto-hypnose va changer dans ta grimpe :
Voilà, en tout cas, ce que ça a changé pour ma partenaire de grimpe. 

Il y a quelques années, elle avait eu une mauvaise expérience en dévers. 

C'est une personne qui réfléchissait beaucoup pendant sa grimpe.

Elle s'était retrouvée au milieu du voie déversante, les bras en feu, la dégaine sous le nez sans pouvoir clipper. 

Elle a fini par tomber, paniquée, contre son gré, à bout de force.

Depuis, elle a toujours considéré que le dévers, c'était pas son truc. 

Dès qu'elle re-tentait une voie en dévers, ses pensées s'accéléraient, et elle avait une trouille monstre de se retrouver en sueur, dans l'impossibilité de clipper. 

Elle a fait le premier stage Mental Camp, il y a deux ans. 

Elle y a appris 2 choses : 
1. Elle a désancré son appréhension du dévers ; 
2. Elle s'est fabriqué un ancrage "anti-trouille".

Aujourd'hui, tu serais impressioné(e) de la voir se lancer tête baissée dans le dévers. 

Elle n'est plus impactée par cette mauvaise expérience quasi traumatisante. 

Et quand elle doit passer au-dessus du point pour un mouv' compliqué...
 
Elle plonge sa main dans son sac à pof, elle souffle sur son poing fermé (son signal). 
Et tu peux être sûr que dans 90 % des cas, elle grimpe, remontée à bloc, sans se poser de questions.

Qu'elle ait réussi à passer ou qu'elle soit tombée...

Elle redescend, le sourire aux lèvres, tellement fière d'elle.

Quel bonheur de la voir grimper, sans être éternellement parasitée par ses pensées négatives !

Si ça a marché pour elle. 
Elle, avec son mental qui flanchait à tout bout de champ...

Tu peux être sûr(e) que ça va marcher pour toi aussi.
Grimpe-a-Vue et Jonathan Bel Legroux 
présentent
Le stage d'auto-hypnose appliquée aux grimpeurs amateurs

pour avoir le bon état d'esprit, sur commande
Mental Camp Escalade Vidéo est une formation 100% en ligne qui t'enseigne les meilleures techniques d'auto-hypnose pour choisir ton état émotionnel en escalade.

Au travers de 11 vidéos, Jonathan Bel Legroux va te montrer, avec humour et pédagogie, comment : 

        - entrer en état d'auto-hypnose, seul(e) et en 1 minute ; 
        - stopper un flux de pensées qui mouline trop vite ; 
        - activer l'émotion de ton choix sur commande (avec un simple geste) ;
        - désactiver une émotion négative.

A la fin de cette formation, tu auras "récupéré" le choix de tes émotions. 

Avant chaque voie, mais aussi pendant.

(Et dans ta vie de tous les jours)

Cette formation est l'enregistrement complet d'un stage Mental Camp Escalade... comme si tu y étais.

Ton préparateur mental :
Jonathan Bel Legroux

Grimpeur, nageur d’eau libre, préparateur mental, conférencier, accompagnant et formateur, il s’intéresse au mental et au corps depuis près de 15 années.

Maître praticien et formateur en hypnose et PNL, il est installé en cabinet depuis 2011 à Nice.

Il accompagne athlètes, internationaux, professionnels, amateurs, compétiteurs ou non, vers l’atteinte de leurs objectifs.

Passionné de montagne et plus particulièrement d’escalade, c’est l’impact du mental du grimpeur sur son action qui l’anime. 

L’escalade est un des domaines dans lequel il intervient le plus, notamment avec les stages [MENTAL CAMP Escalade] organisés en partenariat avec Grimpe-a-vue.

Il est auteur du livre "Autohypnose et performance sportive"
Programme du Mental Camp Escalade - vidéo:

Partie 1 : On n'a jamais eu le mode d'emploi de notre cerveau
Présentation de Jonathan Bel Legroux, préparateur mental et hypnopracticien pour sportifs de haut niveaux et amateurs. 
Comment te motiver ? Te concentrer ? Gérer tes émotions ? 
Tu le sauras à la fin du stage.
Chacun à sa propre motivation à grimper... quelle est la tienne ?


Partie 2 : Qu'est ce que l'hypnose ?
Non, tu ne vas pas t'endormir contre ton gré
Tu es en état d'hypnose plusieurs fois par jour.

But de l'auto-hypnose en escalade : modifier ton état de conscience pour favoriser des changements (peur de la chute, motivation, concentration, etc.)


Partie 3 : Technique n°1 - La Vision Périphérique - Retour au calme mental en 1 minute

Entre seul en état d'hypnose en 1 minute et diminue ton flux de pensées. 
Très utile quand tes pensées s'accélèrent au-dessus du point, ou après un pas difficile.

Bénéfice : Tu sauras diminuer ton flux de pensées, et faire passer un message à ton cerveau, notamment lorsqu'il est focalisé sur la peur.
("Non, il n'y a pas de danger, tu peux chuter")


Partie 4 : Technique n°2 - L'Ancrage - Activer une émotion sur commande

Au travers d'exercices, trouve le langage préférentiel de ton cerveau (visuel, auditif, kinesthésique). Tu apprendras à jouer sur l'intensité de 5 paramètres pour revivre et amplifier une émotion : motivation, sérénité, etc.
Ancre cette émotion dans un geste, il sera le signal qui activera l'état émotionnel recherché.

Bénéfice : Tu sauras activer l'émotion de ton choix sur commande (avec un simple geste)


Partie 5 : Récapitulatif 
> Etat d'hypnose
> Comment rentrer dans l'état d'auto-hypnose (+ technique de la Vision Périphérique)
> Comment fonctionnent tes émotions (+ technique de l'Ancrage)


Partie 6 : Utilisations de la Vision Périphérique
Dans quels cas de grimpe utiliser au mieux cette technique de repos du mental ?
(Elle marche aussi si tes enfants sont hyperactifs au moment des devoirs ;-) )



Partie 7 et 8 : Technique n° 3 - Désactivation d'Ancrage négatif 
Tu apprendras à désactiver une émotion négative que tu as ancré.
Comment dire à ton cerveau "OK, j'ai déjà eu peur au-dessus de la dégaine, mais ça ne me touche plus aujourd'hui".

Focus : pourquoi l'idée reçue "le changement prend du temps" est fausse. 
Tu peux désactiver des pensées, des émotions récurrentes en quelques minutes - même celles que tu traines depuis des années.

Bénéfice : Tu ne seras plus impacté(e) par une mauvaise expérience passée



Partie 9 et 10 : Technique n° 4 - Comment récupérer plus vite ? 
Technique pour t'aider à récupérer 50% de ton énergie, entre les voies, et même pendant la voie.

Bénéfice : Tu sauras comment diminuer tes pensées, et ton stress.



Partie 11 : Récapitulatif 
> Comment désactiver une émotion négative ? (Technique de Désactivation d'Ancrage)
> Comment récupérer 50% de ton énergie.


En BONUS de ton stage vidéo :
 Un eBook récapitulant toutes les techniques apprises au cours du stage (format .pdf)
A la fin du stage vidéo, tu sauras : 
 Agir sur tes émotions, tes croyances limitantes et tes états d’esprit avant de grimper ;
 Te relaxer mentalement, pour gagner en relâchement malgré les tensions ;
 Utiliser la visualisation efficacement ;
 Rester lucide en situation de stress, de peur et d’effort ;
 Accélérer ta récupération entre les essais dans les voies ou les blocs durs ;
 Connaitre ton modèle de performance mentale et l’optimiser ;
 Tu auras surtout une meilleure connaissance de toi-même te permettant de faire le lien avec les autres domaines de ta vie. 

 TEMOIGNAGES
100% des participants recommandent le stage à leurs proches
"J'ai été bluffée par la facilité de mise en oeuvre des techniques enseignées et leur efficacité. 
Au début, j'ai eu besoin de me répéter mon "mot magique" tout au long des voies, puis seulement occasionnellement, et au bout d'une semaine plus du tout. 
Je ne ressens pratiquement plus d'appréhension. 
Je mets juste en pratique des techniques de récupération après un effort et/ou une frayeur, et la technique de respiration 3 fois par jour. 
J'ai le sentiment que le fait de travailler sur une peur en a débloquer d'autres."

Geneviève, Cadenet (84)
 PRENDS LE CONTRÔLE DE TON MENTAL !
Copyright © 2019 F.M.C - grimpe-a-vue.com |Tous droits réservés